Tout au long de mes quarante années de pratique artistique, je me suis concentrée sur l’imagerie de la nature et de la terre.

Dans une série récente, Arborescence, j’ai cherché à transmettre un message sur l’environnement. Cette série était consacrée à la déforestation. Les œuvres qui en font partie montrent les conséquences de la déforestation dans des zones où des coupes à blanc ont été effectuées – et cela, même au Québec.

Dans ma nouvelle série intitulée C’est l’hiver, je ne transmets pas un message de façon directe.  Tout en me concentrant sur certains aspects de la forêt en hiver, j’exprime aussi une préoccupation sous-jacente, celle de la santé générale des écosystèmes forestiers et de l’habitat qu’ils constituent pour de nombreux animaux sauvages pendant l’hiver québécois. Une grande partie de la masse continentale du Québec est recouverte de forêts. Les forêts occupent une place très importante dans le patrimoine naturel, dans les régions sauvages et dans l’économie de la province. Les hivers plus chauds  rendent le climat plus instable, causant des débâcles et faisant fondre les plaques de glace ainsi que la neige qui recouvrent de vastes étendues du territoire.

Malgré ces préoccupations environnementales, l’hiver peut être d’une beauté saisissante au plan visuel. C’est à partir des observations que j’ai faites pendant l’hiver, dans la région de Mirabel, que j’ai réalisé les œuvres de cette nouvelle série. Ce qui figure dans ces œuvres a été intériorisé, puis reproduit dans des compositions qui tirent le meilleur parti possible du médium avec lequel elles ont été créées.

A partir de 2016, des animaux sont inclus dans l’imagerie de la forêt.  J'ai opté pour la sérigraphie, un médium plus graphique que j'avais déjà utilisé pendant de nombreuses années.

Pour transmettre toute la richesse des émotions que j’ai ressenties envers la terre, les animaux, les arbres et les forêts, j’ai entretenu des liens étroits avec les matériaux que j’avais sous la main. Dans ma technique d’estampe, la collagraphie ou la sérigraphie, les formes sont créées à l’aide d’un vaste éventail de techniques. Des reliefs sont construits, gravés ou dessinés afin d’ imprimer un tirage.  Le processus est long, ce qui me laisse le temps d’entrer en symbiose avec l’imagerie, avec les matériaux, et par-dessus tout, avec le résultat que je veux obtenir.